L’urgence au travail : notre lot quotidien

Le temps nous file entre les doigts à une vitesse parfois désespérante et ce que nous savons c’est que nous n’aurons jamais le temps de tout faire… La gestion du temps est devenue complexe pour tous : oppression du très urgent, réactivité permanente, réunions interminables, mails en flux tendus, sollicitations multiples en tous genres.

Il y a un paradoxe dans la mesure où la présence massive des technologies dans notre organisation quotidienne ne permet pas une libération du temps équivalente aux gains de productivité. Parmi les différentes causes, on peut en distinguer trois qui ont une véritable incidence sur cette accélération du temps :

Les nouvelles technologies : elles devraient permettre des gains de temps. S’il est indéniable qu’elles facilitent l’exécution d’un certain nombre de tâches, elles ont une fonction chronophage en générant des flux d’information toujours plus grands qu’il faut en permanence hiérarchiser. A l’instar des quatre voies sur le réseau routier qui devraient limiter les embouteillages, plus les tuyaux sont volumineux, plus le trafic augmente.

Les liens d’interdépendance : l’organisation scientifique du travail a laissé place à des modes de production de plus en plus transversaux qui nécessitent une simultanéité dans les différentes interfaces des projets. Le passage d’un travail séquentiel à un mode collaboratif implique davantage de relations sociales et de multiples sollicitations. Chacun peut être amené à entretenir des relations clients/fournisseurs au sein d’une même entreprise avec la charge relationnelle et affective qui se substitue aux liens de subordination. Répondre aux sollicitations urgentes de son collègue c’est ne pas hypothéquer un futur renvoi d’ascenseur sur sa propre demande qui ne manquera pas d’arriver.

Un environnement hyper concurrentiel : nous savons que les batailles pour remporter des marchés, fidéliser les clients, développer les entreprises sont âpres. La rapidité de décision, d’exécution constituent des facteurs décisifs dans la réussite des affaires. C’est d’autant plus vrai en ce qui concerne les forces de vente. Anticipation, réactivité, satisfaction immédiate etc… sont les mantras sans lesquels toute entreprise ne peut espérer maintenir ses performances.

Rien ne laisse prévoir un changement de rythme avant longtemps. Que faire ? Deux pistes essentielles semblent se dessiner.

Le rôle du dirigeant : dans son approche du quotidien, le chef d’entreprise doit intégrer l’usure et la fatigue de ses troupes. Il doit donc veiller à la qualité de vie au travail, insuffler un esprit d’aide et de bienveillance d’une part et veiller à alterner la gestion de l’urgence avec la prise de recul et la vision à long terme, d’autre part. Ménager ses équipes, admettre leur fatigue passagère et prendre en compte le fait que personne ne gagnera à long terme si les burn-out et les maladies se multiplient. Dans ce domaine, l’innovation pour limiter le stress sera bienvenue : cadre de vie et environnement convivial, sieste au travail non seulement permise mais conseillée, souplesse dans les horaires quand c’est possible. A défaut de pouvoir ralentir le rythme, il faut le rendre davantage supportable au quotidien.

Les salariés : ils doivent apprendre à laisser reposer leur cerveau sollicité à longueur de journée. Décompresser peut vouloir dire ne penser à rien, laisser le vide s’installer pour mieux se concentrer sur le flux d’informations qui jaillira une fois passé cette petite parenthèse consacrée à ne rien faire. Les salariés doivent apprendre à se déconnecter, résister à l’envie de savoir ce qui se passe, lire les mails en temps direct, ouvrir leur messagerie pendant les week-ends (sous réserve que leur hiérarchie ne leur impose pas). Enfin, ils doivent se forger des outils pour résister à l’intrusion des collègues quand ils ont décidé de s’isoler pour exécuter une tâche particulière ou se concentrer sur un dossier. Ces outils existent et ils sont simples à utiliser : assertivité pour ne pas répondre aux sollicitations permanentes, gestion du stress pour faire face au pointes d’activité, sophrologie pour s’isoler mentalement, relaxation pour une détente corporelle.

Cette urgence du quotidien ne disparaîtra pas et les salariés devront vivre avec. Il faut donc apprendre à la gérer pour qu’elle ne devienne pas un facteur de risque pour la santé de grande échelle. Les formations à la gestion du temps et la gestion du stress sont des outils précieux pour limiter les effets nocifs de la « tyrannie de l’urgence ».

Le stress peut également se traiter par quelques séances de sophrologie. Cette technique formalisée par un psychiatre, Alfonso Caycedo, permet une meilleure gestion du stress et des émotions. Il est possible de savoir plus en lisant les protocoles et les articles sur  www.sophrologiepourmoi.com 

Dernière modification le mercredi, 18 March 2020 10:35

Laissez un commentaire

Design et référencement : WEB & SEO STUDIO Agence web et référencement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript616b35bbd779fReCAPTCHA, Google NotAllowedScript616b35bbd7128Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.