Préparer l'avenir avec vous

Tel.: 01 45 88 75 78

Nos formations

« Invictus », une leçon de management par Mandela

jeudi, 11 December 2014 11:17
Jean-Baptiste BRIMONT
Évaluer cet élément
(0 Votes)
invictus une leçon de management invictus une leçon de management

La première année de pouvoir de Nelson Mandela filmée par Clint Eastwood, est fertile en enseignement sur le management stratégique notamment lors de situations critiques. Nous sommes en 1999, Nelson Mandela est au pouvoir depuis 5 ans et dans un an aura lieu la coupe du monde de rugby en Afrique du Sud, le sport de la minorité blanche. Les Springboks, équipe emblématique de l’Afrique du Sud, est privée du fait de l’apartheid, de compétitions internationales et donc très mal placée pour ce challenge.

Le défi qui est celui de Nelson Mandela est triple. D’abord, contribuer à l’unification de la nation Sud-Africaine où l’apartheid a été aboli quelques années auparavant. Ensuite, éviter une humiliation de la minorité blanche par une performance médiocre de son équipe dans cette future compétition Et enfin, faire de cette compétition un enjeu commun pour les citoyens blancs et noirs la nation arc en ciel.

Une lecture managériale de ce film nous permet de dégager des enseignements clés pour le management stratégique des organisations et des équipes. La démarche de Nelson Mandela est caractérisée par une série d’actions déterminantes. Il impose le maintien officiel des Springboks contre l’avis majoritaire de ses partisans. Il fixe un objectif au capitaine des Springboks, François Pienaar : remporter cette coupe du monde de rugby. Malgré le risque d’un échec probable et d’un objectif inatteignable selon les spécialistes, il définit l’enjeu de la victoire à un niveau supérieur pour la nation. Le vieux leader fait de cette compétition un défi pour l’ensemble du pays. Il soutient les Springboks et leur capitaine qui devient délégataire de cette mission stratégique.

Pour aborder le challenge, Nelson Mandela anticipe les événements en ayant une lecture claire des risques et les convertit en enjeux pour en faire des leviers de réussite. Il suit un process qui s’apparente à une démarche de changement.

Il formalise et porte une vision

  • Il fixe des enjeux qui permettent de se projeter en portant le regard plus loin et donc entraine les énergies.
  • Il transforme les contraintes en opportunités.

Il fait preuve de courage

  • Nelson Mandela garde le cap et ne s’en laisse pas détourner.
  • Il a le courage de porter un objectif puissant qui heurte les conservatismes, en premier lieu ceux de son propre camp.

Il fait de la confiance un puissant levier de délégation

  • Nelson Mandela ne peut gagner la coupe du monde tout seul !
  • Il accorde au capitaine emblématique des Springboks, François Pienaar, une puissante confiance maintes fois réitérée.
  • Il opère également une transmission symbolique qui est mobilisée par le poème, ‘’Invictus’’, que Nelson Mandela lisait durant ses années de prison. Il offre à François Pienaar qui le transmet à son équipe créant ainsi un lien entre le passé, le présent, les générations et les catégories anciennement prises dans des antagonismes raciaux.

Il est lui-même exemplaire et exprime une cohérence entre ses objectifs et sa conduite

  • « Si je ne change pas alors que les choses l’imposent comment puis-je exiger que les autres changent ? » Pour faire bouger le monde, il faut s’appliquer à soi-même ce que l’on veut pour le monde, Nelson Mandela choisit les agents de sa sécurité personnelle à la fois dans les anciens agents ayant assuré la sécurité du précédent président blanc, Frederik de Klerk, et aussi chez les militants noirs de son propre parti.
  • Nelson Mandela utilise pertinemment les leviers symboliques soulevant un stade à majorité rempli par des blancs en apparaissant vêtu du maillot vert et jaune des Springboks signifiant par-là que ce maillot n’est plus celui d’une minorité mais de l’ensemble de la nation sud-africaine.

René Char, nous enseigne qu’il « Nous faut penser en stratège et agir en primitif« . Garder le cap d’une vision stratégique (penser en stratège), connaître le terrain et les hommes capables de la mettre en œuvre, (agir en primitif), c’est à dire en connaisseur du terrain.
Nelson Mandela gagne son pari, les Springboks remportent la coupe du monde.
Mais au-delà du challenge sportif, c’est toute la nation qui a remporté une autre victoire, celle de la fierté, du rassemblement, de l’espoir. Nelson Mandela a gagné un autre match précieux, celui de la confiance et celui du temps. La confiance et le temps, deux inestimables leviers pour réussir ce que l’on croit au départ impossible.
Dans le cadre d’une formation ou d’un séminaire, l’utilisation des métaphores et de la symbolique illustre parfois mieux ce qu’est le management d’entreprise. « Invictus » est un bel exemple.

Lu 1455 fois Dernière modification le mardi, 22 March 2016 10:06
Jean-Baptiste BRIMONT

Jean-Baptiste BRIMONT

Site internet : www.afcosconsultants.fr

Laissez un commentaire